Marie Charles - Thérapeute
 
 
13 Mai 2020
 
Anxiétés apprivoisées
 
Nous retrouvons depuis quelques jours un peu de notre liberté de mouvement, le risque est encore grand, la prudence nécessaire. Pour certains cette nouvelle est déjà la porte ouverte à des comportements déraisonnables, dans le déni de la menace de transmission. Pour d’autres, reprendre une vie sociale, professionnelle, familiale, est source d’anxiétés intenses. L’idée du re-confinement aussi. Partir de chez soi, sortir avec la peur au cœur, est une épreuve. L’inquiétude des conséquences de ce virus, la méconnaissance de sa dangerosité au quotidien, l’imprécision des connaissances et de l’avenir, favorisent l’inquiétude, l’évitement et le repli.

L’isolement, la solitude, comme l’excès relationnel, que nous venons de connaître, nourris des informations multiples, contraires parfois et sans perspectives très rassurantes, favorisent nos humaines fragilités et donc l’émergence des peurs. La crainte persistante d’attraper cette maladie est naturelle. Celle d'être en contact et donc de se voir contaminés par ce virus est juste. Et, prenons un peu de recul !

Difficile dilemme, ambivalences de notre réalité. Les recommandations vont dans le sens de comportements qui nous protègent, et peuvent nous rassurer. Apaisants... et handicapants, anxiogènes aussi. Les gestes répétitifs calment, apaisent… trier, anticiper, penser à tout ... Et, c’est mission impossible, donc source de surenchère et d’épuisement ! Ces gestes sont au service de rencontres saines, et nous contraignent à l’éloignement. Nos mouvements naturels doivent être contenus, limités. Nous devons perdre ainsi la chaleur du contact au profit de la santé.

Il ne s’agit pas de nier nos peurs, mais de les apprivoiser. Apprenons à gérer nos anxiétés du mieux possible. Pensons à nous préparer, avant de sortir…
 
  • Une respiration consciente, avec le relâchement des tensions musculaires et le contrôle de notre pensée vagabonde ramenée ici et aujourd’hui.
  • Le centrage dans le moment présent, au service d’une marche ou un « pédalage », conscients, sans être « à l’affut » de tout et de tous.
  • La musique, les méditations accompagnées – ou non – aident à se contenir. Chanter, danser, bouger …
  • La cohérence cardiaque (applis multiples pour cela) … aide au relâchement.
  • La visualisation : se voir agir, traverser les lieux, faire les mouvements indispensables, et prendre les mesures de protection pour tous, avec succès.
  • La contraction volontaire des muscles, quelques secondes, immobiles, suivie du relâchement rapide, va faire s’apaiser, voire disparaitre, le stress.
  • Et, bien sûr, un espace de parole auprès de votre thérapeute ! Si nécessaire.

Vouloir se protéger est normal et naturel.
L’essentiel est de ne pas devenir esclave de ses angoisses !


Marie CHARLES
06 80 92 88 30
mm.charles@free.fr
www.mariecharles-gestalt-therapeute.fr
 
 
COVID-19 : des psychopraticiens bénévoles vous écoutent
 
 

La Fédération Française de Psychothérapie et de Psychanalyse (FF2P) & Psy en Mouvement vous propose une liste de psychopraticiens bénévoles, disponibles pour vous.

 
 
Gestes Barrière à ne pas oublier : 
  • Respecter les règles de distanciation sociale ;
  • Se laver les mains régulièrement ;
  • Utiliser un mouchoir à usage unique ;
  • Tousser ou éternuer dans son coude ;
  • Porter un masque jetable quand on est malade.
 
 
Cet e-mail a été envoyé à malika.sadaoui@free.fr
Vous avez reçu cet email car vous vous êtes inscrit sur Marie Charles - Thérapeute.
 
 
SendinBlue
 
 
© 2020 Marie Charles - Thérapeute